Riche d’un passé deux fois millénaire, Loupian est une commune de 2185 habitants située au nord du bassin de Thau, économiquement marquée par deux activités traditionnelles qui donnent toute son identité à son territoire : la viticulture et la conchyliculture. La Villa-Loupian, villa gallo-romaine aujourd’hui transformée en musée, témoigne d’ailleurs de ce passé viticole séculaire.

Située entre garrigue et littoral, la commune a délibérément préservé son caractère rural et protégé son environnement naturel. Loupian offre à ses habitants comme à ses visiteurs une large palette d’activités, dans un cadre calme et naturel : baignades dans l’étang, promenades en garrigue sur les circuits de randonnées ou sur la piste cyclable qui longe le village et vous emmène de Mèze à Bouzigues.

loup-page-histoire-traditionLa commune possède un patrimoine exceptionnel. Le cœur de ville renferme en effet de belles architectures, dont les remparts du château moderne ainsi que trois sites classés Monuments Historiques (chapelle Saint Hippolyte, Eglise Sainte Cécile, église paléochrétienne). Dans les méandres des rues médiévales, le centre ancien conserve de nombreuses façades Renaissance (du XVIème siècle notamment), avec des fenêtres à meneaux et une originale chapelle Saint Hippolyte datant du XIIème siècle.

Comme de nombreux villages de l’Hérault, Loupian dispose d’un animal totémique, le loup, qui sort les jours de fête, notamment lors de la traditionnelle foire languedocienne, organisée chaque année au mois de mars depuis 20 ans.

Ces bêtes processionnelles n’apparaissent qu’au début du XVIIème siècle pour les plus anciennes. Le loup de Loupian, quant à lui, n’existe qu’à partir du dernier quart du XVIIIème siècle. L’origine du loup est probablement liée au latin lupus, faisant écho à l’ancien nom romain du village, Lupianus.

La première mention que nous avons de l’animal totémique date de 1772 après une rixe entre les habitants de Loupian et ceux de Mèze, lorsqu’une plainte est déposée pour port d’armes et coups et blessures auprès du Lieutenant Général du Languedoc. Le plaignant décrit les villageois “…faisant danser une bête simulée dite Loup…”.

Le loup de Loupian est un “animal jupon” dont le corps se compose d’une armature en aluminium recouverte d’une jupe en toile marron. Cette dernière est décorée du blason du village et de cocardes tricolores. Sa mâchoire inférieure articulée est commandée par une corde depuis l’intérieur de la carcasse afin d’effrayer les enfants par ses claquements bruyants et d’attraper les jupes des jeunes filles.

Lors de ses sorties dans et hors du village, le loup est toujours accompagné d’un groupe composé d’une dizaine de jeunes loupianais. Dans ce groupe est choisi un “meneur”, chargé de guider le loup à travers les rues et ruelles du village à l’aide d’un bâton. Quelques membres du groupe sont placés dans la carcasse. Ils font courir et se dresser la bête tout en faisant claquer sa mâchoire.

Par le passé le loup était accompagné d’un second animal jupon, moins caractéristique de Loupian, le “chevalet” (une représentation de cheval portée à la taille par un homme seul). Les deux animaux dansaient alors au son du hautbois.

Depuis 2015, le loup de Loupian est accompagné d’un petit loup, créé à la demande d’enfants de l’école primaire. Ce petit loup est la copie conforme du grand loup, en tubes et sur roulettes. Un tambour et un porte drapeau accompagnent le groupe d’enfants qui font danser et sauter le loup avec une énergie remarquable.